Ghosting, désengagement : comment y faire face ?

Dans les coulisses du monde professionnel, deux phénomènes émergent comme des ombres grandissantes : le désengagement au travail et le ghosting. Ces comportements, jadis anecdotiques, se répandent de plus en plus, jetant une lumière crue sur des enjeux aux implications potentiellement dévastatrices.

Pour contrer cette tendance, il est crucial de saisir ses racines avec l’aide de Leihia.

Le désengagement : un épuisement qui travaille en silence

Dans les entreprises, le désengagement, qualifié de « burnout silencieux », se faufile de plus en plus dans le quotidien des travailleurs. selon l’Institut de veille sanitaire, 480 000 personnes en France seraient en détresse psychologique au travail et le burn-out en concernerait 7%, soit 30 000 personnes sur le territoire français. 

La pandémie mondiale a laissé en son sillage une vague de remise en question existentielle chez de nombreux employés. Télétravail généralisé, perturbations économiques, réévaluations personnelles – autant d’éléments qui ont contribué à semer le doute quant à la signification de leur travail. Ce sentiment de perdition post-COVID ajoute une dimension inédite au désengagement, poussant les travailleurs à remettre en question la pertinence de leurs contributions dans un monde en transformation.

Les répercussions du désengagement ne se limitent pas à la simple baisse de productivité. En effet, les travailleurs désengagés présentent des taux plus élevés d’anxiété et de dépression. Les coûts ne sont pas seulement humains, mais aussi économiques, avec des entreprises perdant en en chiffre d’affaire en raison de cette baisse de productivité. Ces données soulignent l’urgence pour les entreprises de développer des stratégies robustes pour renverser cette tendance. 

Avec l’appui de Leihia, vous pouvez bâtir une stratégie efficace pour contrer le désengagement au travail.

Le ghosting au travail : un acte de disparition professionnelle

Une nouvelle norme semble s’installer dans le monde professionnel : le ghosting. Quelque 57% des chercheurs d’emploi ont déjà cessé de répondre à un recruteur, selon une enquête menée par OpinionWay pour Indeed. Ce comportement, autrefois cantonné aux relations personnelles, fait désormais partie intégrante du paysage professionnel.

Les raisons du ghosting sont multiples, de l’évitement de conversations difficiles à la crainte de retours négatifs après une entrevue. Cependant, le ghosting pose un dilemme supplémentaire pour les entreprises déjà aux prises avec le désengagement. Comment maintenir une communication ouverte et transparente lorsque les canaux semblent s’effriter ?

La gestion proactive du désengagement et du ghosting est désormais cruciale pour la santé et la stabilité des entreprises. Programmes de bien-être, opportunités de formation, et communication ouverte deviennent des piliers incontournables. Les entreprises doivent également mettre en place des procédures de départ claires, élaborer des enquêtes de sortie constructives, et concevoir des processus de transition fluides pour atténuer les impacts.

Le désengagement et le ghosting ne sont pas simplement des phénomènes passagers, mais des révélateurs de problèmes systémiques. Les entreprises sont appelées à adopter une approche proactive plutôt que réactive. 

Pour  y contrer, Leihia vous propose :

  • Établir une communication ouverte et transparente avec les employés peut aider à comprendre leurs préoccupations, leurs besoins et à anticiper les signes de désengagement. Organisez des réunions régulières, des sondages ou des entretiens individuels pour recueillir leurs feedbacks.
  • Rédiger des programmes de soutien au bien-être mental et physique, ainsi que des opportunités de développement professionnel, démontre l’intérêt de l’entreprise pour le bien-être global de ses employés. Cela peut stimuler leur engagement et réduire la propension au ghosting.
  • Mettre en place un suivi régulier des performances et des objectifs clairs permet aux employés de comprendre leur impact au sein de l’entreprise.
  • Faire en sorte que l’environnement de travail soit agréable, inclusif et valorisant est essentiel. Encourager la collaboration, la reconnaissance des réalisations et la célébration des succès peut renforcer le sentiment d’appartenance et réduire les comportements de ghosting.
  • Réviser et optimiser les processus de recrutement pour mieux aligner les attentes des candidats avec la réalité du poste peut réduire le risque de ghosting dès le début. Une intégration solide permet aussi aux nouveaux employés de s’intégrer rapidement et de se sentir valorisés dès le départ.

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Partagez cet article avec vos amis