Regard sur la fête du travail 2020 assombrie par le Covid19

Muguet
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter

La situation du marché du travail au 28 avril est sortie. Dans ce contexte de crise de sanitaire, que penser de la fête du travail ? Les chiffres sont catastrophiques et la plupart d’entre nous n’a pas pris conscience de l’ampleur de la crise économique et sociale qui s’annonce.

La Darès nous aide à y voir plus clair chaque semaine : chiffres clés, secteurs d’activité et entreprises les plus touchés, régions les plus impactées.

A lire ci-dessous l’infographie réalisée par la Darès au 28 avril.

Belle fête du travail à toutes et tous… en conscience !

#Leihia#womenintech#digitaltransformation#HRTech#Frenchtech#techforgood#transformationdigitale#IA#intelligenceartificielle#matching#startup#nouvelleeconomie#pleinemploi#intelligenceemotionnelle#humain#inclusion#ethique#CV#profildeposte#jobboard#cabinetderecrutement#peopledevelopment #emploi #recrutement

Suivi hebdomadaire du marché du travail durant la crise sanitaire – suivi au 28 avril 2020

Dans le contexte actuel de crise sanitaire, la Dares va publier chaque semaine, en collaboration avec la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) et Pôle emploi, un suivi d’indicateurs éclairant la situation sur le marché du travail.De manière inédite, les indicateurs proposés sont issus de l’exploitation de données journalières ou hebdomadaires. Ils sont donc nécessairement plus fragiles que ceux traditionnellement diffusés sur ces différentes thématiques. Ils sont également susceptibles d’être révisés dans les semaines qui viennent.

Activité partielle

57 % des salariés faisant l’objet d’une demande d’activité partielle depuis le 1er mars travaillent dans des établissements de moins de 50 salariés, ces établissements représentant 51 % de l’emploi salarié privé.À l’inverse, ceux qui travaillent dans des établissements de plus de 250 salariés représentent 16 % des salariés en activité partielle, alors que ces établissements recouvrent 20 % de l’emploi salarié privé.

L’Île-de-France et Auverge-Rhône-Alpes cumulent 33 % des dossiers déposés, 37 % des effectifs concernés et 36 % heures chômées demandées depuis le 1er mars.

Procédures de restructurations

Diminution du nombre hebdomadaire de plans de sauvegarde de l’emploi : le nombre de suppressions de postes envisagées dans ce cadre a été divisé par six entre la première semaine de mars et celle du 20 au 26 avril 2020.

633 « petits » licenciements collectifs ont été initiés depuis début mars : dans neuf cas sur dix ce sont des licenciements de moins de 10 salariés. La construction (23 %), le commerce et la réparation automobile (21 %) et l’industrie manufacturière (15 %) sont les secteurs les plus concernés.

Contrats aidés

2800 entrées en contrat aidé enregistrés du 16 mars au 26 avril 2020 soit une baisse de 71% par rapport à la même période en 2019.

Offres d’emploi

Sur un panel d’une quinzaine de sites, le nombre d’offres d’emploi en ligne publiées la semaine du 20 au 26 avril remonte à 70 % du niveau pré-confinement alors qu’il était descendu à 60 % au cours des quatre dernières semaines.

Ce redressement concerne tous les domaines professionnels, à l’exception des métiers liés à la santé, qui ont nettement crû la semaine précédente, et de ceux des services aux particuliers et aux collectivités. Les données portant sur la semaine de 13 au 19 avril ont été révisées significativement à la baisse par rapport à la publication du 22 avril : la remontée du nombre d’offres d’emploi en ligne débute seulement à partir de la semaine du 20 avril.

Cette infographie a été réalisée à partir du Tableau de bord hebdomadaire du suivi de la situation sur le marché du travail durant la crise sanitaire au 28 avril disponible sur notre site internet : dares.travail.gouv.fr

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Partagez cet article avec vos amis

Laisser un commentaire